Récit

Des astuces en matière d’éclairage intérieur pour toutes les bourses

Les conseils d’un expert en la matière

Pas besoin de vider votre compte en banque pour repenser votre éclairage ! Il suffit de suivre quelques règles de base pour obtenir le résultat dont vous rêvez. Et si vous êtes en quête d’inédit ou d’expériences, puisez l’inspiration dans les nombreuses solutions fascinantes maintenant disponibles sur le marché, telles les imprimantes 3D.

Nous avons interrogé Gerhard Burckhardt, architecte d’intérieur et spécialiste de l’agencement lumineux, pour en savoir plus. Avec à son actif plus de 25 ans d’expérience dans le secteur de l’éclairage et en tant que designer et concepteur pour des clients tels que la chaîne mondiale de mode Escada, gageons qu’il sait de quoi il parle.

Le minimum vital

« Quels que soient le projet d’éclairage et le budget, la première chose à faire, c’est de prendre du recul, explique M. Burckhardt. De nos jours, les possibilités sont quasiment infinies. Il faut donc cibler ce que l’on souhaite. » Pour ce faire, vous devez notamment vous interroger sur le but de l’espace à éclairer, l’atmosphère requise et les objets ou zones à mettre en lumière. Qu’il s’agisse d’une résidence familiale, d’un espace industriel ou d’un studio, ces données constituent la base du concept d’éclairage. « Ces premières informations permettent de déterminer si l’éclairage doit être chaud ou froid, direct ou indirect, diffus ou réfléchi », poursuit M. Burckhardt.

L’agencement de la pièce et le type de meubles doivent aussi être pris en compte : « conception de l’éclairage et architecture d’intérieur vont de pair, explique le spécialiste de ces deux disciplines. L’un ne va pas sans l’autre ». Prenons l’exemple de l’influence des tissus et matériaux d’ameublement : « les meubles sombres absorbent la lumière, tandis que les objets plus clairs la reflètent », précise M. Burckhardt. En d’autres termes, une pièce pourvue de lourds rideaux et de meubles en acajou aura besoin d’un éclairage plus prononcé qu’une autre dotée de meubles en hêtre et de couleurs pâles.

Gerhard Burckhardt, expert en agencement lumineux

Les must-have

Quelle que soit la somme dont vous disposez, Gerhard Burckhardt estime que certains objets sont toujours à privilégier, notamment les lampes gradables. « La gradation garantit une flexibilité élevée, permettant de changer facilement l’ambiance d’une pièce », indique-t-il. Selon lui, il est bien plus utile de pouvoir modifier la luminosité plutôt que les couleurs. Une fois de plus, c’est l’architecte d’intérieur qui parle : « plutôt que de miser sur un éclairage passant du rouge au bleu, je suggère de varier les couleurs des accessoires et des meubles vers lesquels vos luminaires sont orientés ».

En parlant de couleurs, Gerhard Burckhardt recommande de laisser une partie de chaque pièce neutre : le plafond. « L’un de mes 10 conseils majeurs en matière d’éclairage est le suivant : peignez ou repeignez votre plafond en blanc lumineux », affirme-t-il. Pourquoi ? Pour obtenir un éclairage homogène. « Bien souvent, la principale source lumineuse consiste en un luminaire suspendu au milieu de la pièce, alors que cela produit généralement une lumière inégale et souvent insuffisante », souligne-t-il. Pour contourner le problème, le spécialiste propose de diriger la lumière vers le plafond (fraîchement peint) pour que ce dernier la réfléchisse dans toute la pièce.

Un petit plus

« Les LED ont ouvert la porte à tout un univers de possibilités en termes de design ! » Cela est particulièrement vrai pour les abat-jour. Étant donné le vaste éventail de matériaux pouvant être utilisés (les LED n’émettant pas de chaleur) et les progrès techniques sans cesse réalisés, il est aujourd’hui possible de tester de nouvelles formes. « J’utilise des logiciels et des imprimantes 3D pour réaliser des abat-jour sur mesure », ajoute Gerhard Burckhardt. Ce qui lui permet de satisfaire plus que jamais les idées et suggestions de ses clients.

Autre aspect fascinant : l’éclairage peut désormais anticiper votre comportement. M. Burckhardt illustre ce point par l’exemple d’une salle à manger : si l’on installe des ampoules au-dessus de la table et un éclairage général dans la pièce, les deux systèmes peuvent interagir entre eux. Ainsi, quand vous baissez la luminosité de l’éclairage général, les ampoules situées au-dessus de la table peuvent automatiquement émettre une lumière plus vive pour mettre la table en valeur. « Ce n’est certes pas indispensable, mais tout de même amusant. »

Une dernière précision quant aux coûts

Que votre budget soit confortable ou serré, Gerhard Burckhardt vous conseille de toujours évaluer les coûts sur le long terme. « Je sais d’expérience que les LED permettent de réaliser des économies considérables », précise-t-il. Expliquant que de nombreuses personnes peuvent être freinées par le coût légèrement plus élevé des LED à l’achat, il souligne qu’à terme, la différence sera plus que compensée grâce aux économies d’énergie. « Il existe même de nombreux calculateurs de coûts en ligne qui peuvent vous aider à y voir plus clair. »

Pour finir, l’expert nous rappelle que « quel que soit son aspect, un robinet sert à faire couler de l’eau. Il en va de même de l’éclairage ». Car au final, c’est la qualité de l’eau, ou ici de la lumière, qui doit primer. « À mon sens, la simplicité est souvent la meilleure approche. »